Day 11 - L'Est


Levé 7h. Il fait un grand soleil dehors, si bien qu’on voit clairement toute la plaine mais aussi les montagnes enneigées derrière nous. Le fond de l’air est frais et à chaque bourrasque de vent, les frissons se font vite ressentir mais c’est ultra agréable de faire le p’tit dej’ dehors avec cette vue magnifique.

Après avoir tout remballé, on file au centre touristique d’où part notre première balade. Arrivée sur le parking, deux gros bus scolaires américains jaunes attendent de se remplir de touristes pour une excursion sur les glaciers. On se gare et on part sur le chemin, direction la langue de glacier Skaftafellsjökull. Le chemin mène jusqu’au pied du glacier. On se faufile sur la gauche pour essayer de le remonter en suivant le courant d’eau. La glace n’est pas bleu ou transparente ni blanche d’ailleurs, elle est noire sur les côtés. En fait, en avançant, le glacier emmène avec lui la terre qui se trouve dessous, qui elle est noire et rempli de gravier. C’est ce qui donne la couleur au glacier. Je me fraye un chemin pour traverser la rivière et réussir à monter sur le glacier. Poua quelle vue !

On retourne vers le parking, pour aller maintenant à la deuxième langue de glacier Svinafellsjökull. Elle est limite plus impressionnante que la précédente car elle se finit sous forme de cassure et avec une hauteur de plusieurs mètres. Un chemin longe le côté gauche du glacier mais il n’est pas très praticable.

On reprend la route direction Jökulsarlon et ces icebergs. Un peu avant d’arriver sur le site, on fait une pause au bord de la route pour monter sur une petite colline et avoir une vue sur le lac et ses icebergs. Ils sont beaucoup moins impressionnants que ceux qu’on a vus au Groenland.

Juste avant de traverser le pont et la rivière Jökulsa, on refait une pause mais cette fois ci du côté de la mer. Des icebergs sont arrivés jusqu’ici, certainement emmené par la marée descendante, il ne flotte même pas, ils sont posés au sol – soit sur le bord de la plage soit dans la mer. On traverse le pont pour aller au vrai coin où les touristes s’arrêtent. Petite gargote pour manger et petite monticule pour avoir une vue globale sur le lac. En fait, le lac a été formé dans les années 1960, quand le glacier a très rapidement reculé, il a laissé place à cet énorme lac. Il n’est pas énorme de part sa taille mais de part sa profondeur : 200m à certains endroits !! C’est souvent le cas quand les glaciers reculent, ils laissent derrière eux (ou devant selon le point de vue) d’énormes crevasses tel des impacts d’obus presque.

On reprend la route vers Höfn. D’Höfn, on a une vue magnifique sur le glacier de Vatnajökull, tellement large qu’elle ne rentre pas sur une seule photo. Le paysage est vraiment joli. Rien de plus à faire à Höfn, on trace.

Arrêt au niveau de la baie de Lonsvik, juste avant de prendre le tunnel, pour « normalement » apercevoir facilement des orques et phoques. Au bout de la piste, on s’arrête un moment mais on a beau regarder avec les jumelles rien à l’horizon. Par contre, on note une sorte de village gaulois ou fortification de la même époque. Impossible d’y accéder, la route est barrée mais la reconstitution est frappante !

On passe le tunnel et quelques kilomètres après on distingue des animaux sur le bas côté, aux premiers abords on pense que c’est des vaches mais en fait non, c’est des élans ! Demi-tour, photo oblige !

Evidemment, on en croisera pas mal par la suite. On fait une pause dans le petit village de Djupivogur. Rien de spécial, mais il est mignon. Au bout du port, on tombe sur une sorte d’exposition de faux œufs en pierre, y’en a au moins une cinquantaine alignés !!

On enchaine maintenant les fjords de l’est de l’Islande, des longs, des plus petits … On passe sur une route de montagne (j’entends : plus que les autres) où des travaux sont effectués. Ils creusent le flan de la montagne pour anticiper les éboulements et les reversent du côté de la mer.

Le ciel s’est plus ou moins couvert provoquant des couleurs différentes selon la lumière du soleil. On arrive dans un village fondé par des pécheurs français : Faskrudsfjordur. Du coup, les noms des rues sont écris en deux langues : français et islandais. Pratique pour comprendre quelques traductions au passage !

On finit la visite des fjords par le plus petit et le plus étroit d’entre eux Mjoifjordur. C’est le plus difficile d’accès. Depuis la route 92, la route 953 descend sur la droite. Plus on s’avance dans la vallée et plus la neige se fait présente sur les côtés. A noter qu’il voltige des flocons depuis quelques temps déjà et la température extérieure avoisine les 0°. On monte un col et sur les hauteurs du col, il y a parfois des épaisseurs de neiges aussi hautes que la voiture sur les côtés. On croirait en route pour les pistes de skis ! En entamant la descente du col, on a enfin la vue sur le fjord, le plafond des nuages étant bien bas, la couleur en est plus sombre ! La route continue sur la gauche du fjord aboutissant sur Brekka, un tout petit village au bout de cette piste de 32 km. Rien de bien transcendant à y faire, on fait une pause et on entame la remontée.

Il est 21h, on roule vers Egilsstadir pour se trouver un hôtel. On traverse toute la ville et on atterrit sur un hôtel qui semble très chic ... mais il est complet ! Ceci dit, le maitre d’hôtel nous en indique un plus dans le centre. Et là ouf, il reste des places. En fait, l’hôtel vient juste d’ouvrir ses portes (pas de machines à CB, factures à la main etc …). Deuxième mission : trouver un resto ouvert à cette heure là, il était 21h30. La station Shell est fermé, on continue sur une autre station qui elle ferme à 22h ! Ouf ! Du poisson pané pour Catherine et une pizza El Torro pour moi, aaah un bon repas !

Une fois le programme de demain plus ou moins préparé on se couche vers 23h.


Cliquez sur les miniatures pour voir les photos en plus grand.

Voyage en Islande et au Groenland » Day 11 - L'Est